Final Fantasy XV [PS4]

Review: Final Fantasy XV [PS4]

Final fantasy xv noctis gladio ignis prompto

 

Voilà donc enfin Final Fantasy XV après 10 ans d'attente. D'abord appellé Versus XIII, il trouva quelque temps plus tard une tout autre appélation: Final Fantasy XV.

Quel est le résultat du fruit de cette attente ? 

Alors avant toute chose, je précise même si celà parraît évident: il y'aura beaucoup de spoils, nécessaire au dévellopement de cette Review; donc pour celles et ceux qui voudraient profiter de l'expérience sans un spoil quelconque, veuillez ne pas lire ce test, la meilleure solution pour vous.

 

On commence en douceur, un magnifique menu avec une douce mélodie, du Yoko Shimomura comme on adore entendre. En tant que première approche pour Final Fantasy, Yoko Shimomura a été excellente: Musiques dantesques, harmonie combat/OST au poil de la perfection, ambiance réussie,... Yoko frappe fort pour premier coup d'essai sur un Final Fantasy et remplie entièrement son rôle.

 

Après viens le fameux commencement, nous sommes d'hors et déjà pris dans un tutoriel intéréssant contre Gladiolus, on apprend comment esquiver, utiliser ses magies, arriver à ses fins avec des attaques de partenaires,... le système est vraiment très bon, et l'on remarque une chose: Square Enix a écouté ses fans pour la caméra. Je trouvais la caméra de Duscae ignoble au possible, et même si la caméra du produit final n'est pas vraiment la meilleure, c'est déjà un bel effort de fait. 

 

Après cette phase de tutoriel qui fût intérésssante, nous voilà lancer mais de façon bien forte: une séquence de combat contre Ifrit. 

6ru81cqUn début qui pose le ton.

 

La musique donne le ton, ça commence fort... le début donne très fortement envie, on revois devant nous une icone de la saga Final Fantasy, très proche de sa forme de Final Fantasy VIII par ailleurs.

Le combat est minime, forcément ce n'est qu'une séquence prologue par rapport à ce qui nous arrivera plus tard. 

 

Après cette mise en bouche, nous voilà arrivé dans le monde de Final Fantasy XV, avec Noctis, Prompto, Ignis et Gladiolus. On commence en fanfare avec une... jolie panne d'essence, ce qui met en bouche la complexité de groupe et qui nous fait passer comme message l'interêt de l'amitié envers un groupe d'amis,  ce qui est plutôt bon à voir.

 

Nous arrivons donc à bon port, prennons connaissances de divers personnages plutôt intéressant comme Cindy, que beaucoup critiquent pour le fan-service, fan-service qui a toujours été présent dans les Final Fantasy quand ont y repense... Tifa de Final Fantasy 7 n'était pas innocente dans ses formes même si ça lui va très bien, et la fameuse scène qui a faillie tourner au porno, ne me dîte pas que vous êtes donc choqués pour Cindy, et le fan-service n'a jamais été une chose mal sauf si abusée. 

 

Ffxv 01

La Regalia prête pour de nouvelles aventures

 

Nous prennons donc part, après plusieurs petites quêtes innitiations, à une vraie libertée grâce à notre voiture: La Regalia. Elle est très plaisante, en sachant une belle chose: on peux mettre les soundtrack en fond des anciens Final Fantasy, qu'il faudra acheter au préalable. Même si la playlist est gigantesque, j'aurai aimé de mon avis personnel, avoir une Soundtrack de Crisis Core, surtout qu'elle est magnifique.

Pour continuer sur la Regalia, on peux soit conduire nous même, soit laisser Ignis s'en charger, et donc admirer les décors du jeu qui sont magnifiques. Et puis, c'est reposant au possible la petite ballade en voiture, mais ce qui fais mal avec cette voiture va déjà ouvrir un point faible du jeu: les quêtes annexes, qui sont là uniquement pour enrober une durée de vie plus artificielle pour Final Fantasy XV: aller chercher un caillou au bout du monde pour le ramenner 30Km plus loin, c'est chiant, très chiant même. Les seuls quêtes annexes qui sont bien sont les chasses, car c'est la découverte d'un bestiaire libre, très fournis par ailleurs ce bestiaire, avec de très jolies animations.

 

Arrivés à un moment dans le jeu, nous apprennons la mort de Regis, une mort très brute, avec malheureusement une fainéantise dans le travail de la nouvelle puisque les séquences présentes sont un pur copié/collé du film Kingsglaive (que je vous conseille, un excellent film Post-Prologue pour Final Fantasy XV), ce qui fait mal car lors du TGS 2013, on nous présentait la même mise en situation, mais avec un graphisme totalement différent.

 

Cbotjy2vaaajpbuRegis vs Iedolas, Tokyo Games Show 2013

 

Je vais m'arrêter là pour le scénario, je ne vais pas parler de tout le jeu non plus et puis j'ai hâte de vous donner mon impression totale sur 10 ans d'attente. Mais à partir de ce moment avec le Roi Regis, le jeu démarre véritablement.

 

Alors... qu'en est-il du scénario de Final Fantasy XV ? Il démarre très bien, voir dans ce que je m'attendais et ce qui a conformé toute mes attentes. Nous prennons connaissance avec le chancelier Ardyn Izunia, un personnage au 1er abord très intéréssant, il nous dirigera et nous servira de guide par rapport à notre aventure, un peu un "mentor" pour nos quêtes.  On avancera donc avec ce personnage, qui nous rappellera un peu Seymour de Final Fantasy X dans son trait de caractère.

 

Maxresdefault

Un personnage assez énogmatique, on veux en découvrir plus, et il a la classe

 

On enchaîne donc les chapîtres, avec de nouvelles prises de connaissances intéréssante, des combats impressionnant (mention + pour le combat contre Aranea Highwind) et une avancée qui donne envie. On enchaîne bien et c'est très sympa, avec diverses cinématiques qui nous rapproches des personnages qui sont très intéréssant.

Une mention pour le combat contre Titan que j'ai trouvé fortement intéréssant, mais... assez vite baclé. Autant la musique est magnifique, les phases d'approches intéréssante et un Titan qui en impose, mais je n'aurai cru que le simple fais de briser son bras le battrais, me retrouver face à une forme aussi impressionnante et le battre aussi simplement m'a pas mal déçu, sachant que le combat est tout de même pas mal brouillon également.

 

Ss 169

Un Titan... réellement titanesque ! 

 

Jusque-là, c'est un réel plaisir de jeu, certes les défauts sont là, mais on prend beaucoup de plaisir à jouer. On continue d'avancer dans les chapîtres avec un grand plaisir de découverte, on ne vois pas le temps passer et on y prend clairement goût, l'arrivée à Altissia est impressionnante tant la ville est inspirée de Venise: une citée magnifique de l'Italie, et l'ambiance est clairement présente avec une excellente musique (je peux y comparrer vu que j'ai été à Venise, mais 3615 my life toussa toussa).

 

 

Et puis... arrive le combat contre Leviathan: un superbe combat et des révélations assez choquantes, dont Ardyn Izunia qui nous tue Lunafreya devant nos yeux, incapable de faire quoi que ce soit. On assiste à ses derniers instants de vie après le combat de Leviathan, invoquant Titan et nous sauvant d'une mort certaine. Après viens une superbe cinématique, et à partir exactement de cette scène, le jeu dérive totalement et part on ne sais où.

 

Nous... comment dire... avançons car le scénario nous y pousse, j'imagine ? Oui c'est celà, et rien vaux mieux un gros point de non retour avec le fameux train. Je n'ai pas du tout aimé cette phase même si l'idée de mettre plus en avant Ardyn à ce moment n'est pas bête, on nous montre clairement qu'il n'est pas tendre mais... on s'en doutais un peu aussi non ? 

 

S'enssuie des phases assez lente, et arrive le fameux chapître 13... autant le chapître 11/12 on enchaîne très vite et nous apprenons des bonnes choses, autant ce chapître 13 viens tout casser dans son rythme... nous sommes privés de nos pouvoirs, on avance très lentement, des couloirs à n'en plus finir... chapitre 13 pour faire référence à Final Fantasy XIII ? Peux-être, mais ce qui est sûr, même si il faut comprendre que c'est une tout autre ambiance et donc s'y plonger pour comprendre que la maturité du scénario commence à se mettre en avant, ça casse le rythme, d'où ma référence aux chapitres 11/12. L'erreur du chapitre 13 est de se mettre à un moment où le Rush Final est important et mis en avant, si il aurait été mis à la moitié du jeu pour (imaginons) infiltrer l'Empire, j'aurai bien plus accepté cette phase qui nous fais vivre des moments un peu horrifiques.

Ffxv chapter 13 redemption 8

Vous avez dit couloirs ? Non, juste chapitre 13

 

Après avoir retrouvés nos compagnons, on déchante dans l'absurditée... Prompto nous dit au plus grand des calmes qu'il est de l'Empire, merci... Prompto ? Le scénario qui voulait combler une bulle au hasard ? Surement, et j'ai du aller prendre des renseignements sur Internet pour me révéler que le Ministre Verstael Besithia est le père de Prompto, Verstael Besithia que l'on a vu qu'une seule fois lors d'une cinématique en pleine discution avec Ravus. Ravus qui lui étais un personnage que l'on aurai aimé dévellopé, mais que l'on revois juste comme boss du chapitre 13, dommage car on apprend rien du pourquoi du comment Ravus deviens comme ça, m'enfin si, mais c'est très vite expédié... une définition de tout celà ? On te sers la recette avec une explication mais non précise, un goût amer qui te fais dire que l'on aurait aimé un background derrière ces antagonistes qui honnêtement, en impose. Mais rien.

 

J'avais également grand espoir envers Iedolas auquel on le vois depuis le début des Trailers de Final Fantasy XV, il en est juste réduis à une transformation ridicule et le scénario te dis juste "c'est la bague des Lucis qui a fais ça, allez tue-le" mh oui, merci le scénario ? J'aurai adoré en apprendre plus sur Iedolas, il a la classe et surtout, son poste d'empereur est un grand titre auquel on aurait aimé connaître l'avancée jusqu'à l'apogée de son trône, mais rien du tout, ni même les connexions de liens entre Ardyn, du pourquoi Ardyn a fait tout ça également envers ses anciens collègues, nous finissons le chapitre 13, avec un tas de questions qui seront, non répondues.

 

Ardyn izunia with iedolas aldercapt 1

Iedolas avec Ardyn Izunia lors d'un trailer, que l'on ne verra jamais dans le jeu, dommage...

 

Nous continuons dans l'incompréhension, avec des révélations avec Noctis et la bague des Lucis, en rencontre Bahamut, auquel il passera 10 ans sans savoir ce que Noctis a véritablement fait, ce qui au passage montrera le véritable Ardyn Izunia et j'ai été également déçu, on appuye le fait qu'Ardyn sera le boss final et oui on le sais, mais pourquoi ne pas dévelloper son background quand justement on appuye le personnage ? Mais non, on nous dit clairement qu'il faut le rejoindre et point à la ligne.

 

Après un goût amer et une incompréhension de ne pas avoir fait une épreuve avec Bahamut qui est tout de même la créature phare de la saga Final Fantasy, nos potes nous attendent après 10 ans, prêt à en découdre pour un combat qui sera couru d'avance tant l'on sait ce quiva se passer, mais arrivée à la ville et passé les grilles, nous voilà face  à Ifrit.

 

Ah oui j'ai oublié: Dans tout ça, nous apprenons que Gentiana est Shiva, pourquoi ? Car le scénario nous demande d'avancer,  nous ne savons même pas pourquoi  elle est devenue Shiva, bref encore une question de plus dans la tête.

 

Nous combattons donc Ifrit, un très bon combat j'ai trouvé et un combat bien difficile. Nosu invoquera donc Bahamut qui ma foi, réussis son coup à être un spectacle à nos yeux, mais qui relevera du caméo quand tu sais qu'il s'agis juste d'un script, Bahamut on ne le reverra plus jamais et même si le scénario le justifie, c'est une honte pour un Final Fantasy de nous priver quand on nous le propose, de nous priver de Bahamut qui est l'icone même des invocations, et pour un Final Fantasy qui voulais retourner aux sources, c'est décevant...

 

D maxresdefault

Bahamut, toujours aussi impressionant 

 

Après ce dur combat, nous voilà face à Ardyn, que l'on combattra seul à seul, roi contre roi, épée contre épée et destin contre destin. Le combat est satisfaisant, la deuxième phase est un peu brouillon mais donne le ton, la musique est magnifique et je trouve ce combat très bien ammené même si il étais extremement prévisible. Le combat est difficile mais c'est normal, nous avons Ardyn et c'est le boss final du jeu, logique donc. A tout moment on peux invoquer également nos chimères, mais je me suis passé de cette solution de facilité, pour profiter un maximum du combat.

 

Arrive donc une dernière phase que j'ai trouvé très bonne, mais baclé au sens que l'on ressent la fatigue des personnages, mais que j'aurai plus compris si on avait mis plus de phases et si l'on avais pas sacrifié au dévellopement du jeu la forme finale d'Ardyn, j'aurai plus ressentit ce côté combat difficile et fatigue vers la fin, mais ça a été un peu baclée à ce niveau, dommage pour un combat final.

 

Après le combat final, je ne spoilera aucunement les évènements, mais la fin est magnifique, l'Ending se déguste à sa juste saveur, même si le goût très amer des questionnements nous rongent, on arrive à être hypnotisé par la beauté de l'Ending, qui satisfait énormément. 

 

Azd

 

Alors, que penser de Final Fantasy XV ? Surement un gachi légendaire comme j'en ai rarement vu, des personnages que l'on ne verra que 3 fois surement avant de totalement disparaître soit par oubli, soit par justification de la bague des Lucis, mais auquel on apprendra presque rien sur leur background. Ceci dit, le jeu commençais très bien comme dit plus haut, mais c'est vraiment après la mort de Lunafreya que tout est partit vers les profondeurs de l'incompréhension la plus totale...

 

Pour parler d'autres points, les invocations sont magnifiques mais il y'en a trop peu, pour vous dire également, ils possèdent différentes attaques (Titan et Ramuh), pour... combler ce manque cruel d'invocations j'imagine ? Surtout que n'espérez même pas avoir Ifrit et Bahamut comme réelle invocations, ce qui est assez insultant pour une espèce de retour aux sources... 

 

Malgré ces points rébarbatifs, si on le prend sous un oeil pour découvrir la saga, ce jeu est très bon et peux donner un certain regard sur ce qu'est la magie de Final Fantasy et pour s'introduire à un univers d'hors et déjà gigantesque, mais sous un oeil de connaisseur de la saga et de fan, le résultat n'est clairement pas à nos attentes et on sent le travail baclé sur beaucoup de point. Mais néanmoins, il peux totalement s'apprécier tel qu'il est, nous attendons impatiemment les futures MAJ pour remettre droit Final Fantasy XV et qui j'espère, durera. Car l'univers de Final Fantasy XV est beau, poétique, on se laisse porter par le charisme de beaucoup de personnages, les musiques nous immerges dans ce monde vaste et gigantesque.

 

Points forts: 

-Un début prometteur

-Des musiques magnifiques

-Des combat nerveux 

-Un système de gameplay intéréssant

-De magnifiques cinématiques 

-Un scénario prometteur mais...

 

Points faibles:

-... auquel on ne saura que quelques parcelles

-Un Rush Final catastrophique

-Des personnages auquel on aurait aimé un background

-Certains combats brouillons

-Quêtes fedex assez lassantes

 

 

Note Finale: 15/20

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×